Isabelle s’actualise :

Depuis 2016, Isabelle pratique au quotidien le Travail de Byron Katie (questionner ses jugements, son système de pensée) pour se libérer de ses croyances, de son conditionnement et retrouver une créativité de cœur.

Elle pratique aussi les 16 Attitudes de l’Éducation Universelle à temps plein, c’est-à-dire être de plus en plus consciente de la sagesse et de la compassion universelle, en elle comme en chacun de nous.

Ce qui la soutient aussi, c’est la voie Toltèque, Art de Vivre avec ses trois piliers, la Vérité, le Pardon, l’Amour.

Cet été, elle a eu une image claire qui la maintient, la soutient dans son engagement d’amour bienveillant et de sagesse (discernement, place du mental), et elle vous la confie :

Cœur ailé, voler nécessite deux ailes (voir Menu ARTICLES)

 

 

Elle s’engage donc dans la voie du cœur, du sentir et la transmet du mieux qu’elle peut avec ses propositions d’ateliers sur le Pardon, le jeu des accords toltèques, la relaxation, la méditation/musicothérapie, ainsi qu’un accompagnement individuel à ce qui est pour voir notre mur de résistances à l’amour de nous-mêmes, et par extension des autres.

Elle propose aussi des soins holistiques qui vont traiter le corps physique, le corps émotionnel, le corps mental, le corps éthérique, le corps spirituel.

Elle continue de proposer son programme « L’attention, ça marche ! » qu’elle a enrichit avec les 16 Attitudes et ses quatre voies de sagesse :

Comment nous pensons ?

Comment nous agissons ?

Comment nous entrons en relation, comment nous traitons les autres ?

Comment nous trouvons du sens ?

Elle démarre un programme « L’attention, ça marche ! » début octobre demandé par l’association ASAP (Association de Soutien à la Parentalité) pour des parents d’enfants ou compagnons handicapés.

En ce moment, en individuel, elle accompagne avec le programme « L’attention, ça marche ! », un adolescent de 12 ans, autiste avec d’autres caractéristiques qui troublent son bien-être.

Une belle opportunité pour amener la pleine conscience vers ce domaine que nous nommons le handicap.

Elle est de plus en plus persuadée que l’autisme est révélateur de la sensibilité humaine mal comprise. Du coup nous la stigmatisons en handicap et la nommons autisme.

Une belle occasion pour l’évolution des consciences.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now